http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le vieux templier - Page 5

  • Napoléon et les religions.

    napoleon-auto-sacre.jpgNapoléon et les religions  est le titre de la conférence donnée le samedi 20 octobre au Centre  Universitaire Méditerranéen  de Nice par David Chanteranne, historien et administrateur de l'Institut Napoléon.

    Commentaire :

     Une remarque technique d'abord. Le CUM aurait intérêt à améliorer la très mauvaise acoustique de la salle de conférence. La conférence en elle-même apporte peu d'éléments nouveaux pour qui connait  la période napoléonienne, mais elle est d'une brûlante actualité s'agissant du rapport de l'Etat aux religions.

    Contrairement à nos présidents actuels, trop empêtrés dans le principe de laïcité pour agir efficacement, Bonaparte partait du fait religieux, et non d'un principe abstrait, pour définir le rapport de l'Etat aux religions; ce qu'il  pensait lui-même importe peu, l'important pour lui était la paix sociale et l'engagement des Français au service de l'Etat. Ce dernier par le Concordat reconnaissait leur droit à exercer leur religion en échange d'un soutien actif à son action.

    Cela est particulièrement illustré par le statut des Juifs. Pour en finir avec l'anti sémitisme alimenté par l'usure des prêteurs juifs, en 1808, par plusieurs décrets, Napoléon abolit la dette des acheteurs de biens nationaux lourdement endettés auprès des prêteurs juifs, et il organise le culte israélite en créant le Consistoire sur le modèle de l'organisation du culte protestant. Il abolit les lois de l'Inquisition et le port du bonnet jaune. Les Juifs deviennent de citoyens comme les autres, ils peuvent pratiquer leur culte sans restriction, sauf pour les conscrits enrôlés sous les drapeaux. ( des raisons pratiques permettant difficilement à l'intendance militaire de respecter les interdits alimentaires )

    Le rapport aux musulmans ne se posait pas  à l'époque sur le territoire français  aussi le Concordat concerna-t-il uniquement les religions  présentes en France à l'époque, dont les fortes minorités protestantes du sud de la France et de l'Alsace Lorraine.  Curés, pasteurs et rabbins deviennent des fonctionnaires payés par l'Etat. Ce régime est encore celui de l'Alsace et de la Moselle, régions qui l'héritèrent aussi bien de Napoléon que de l'Empire allemand.

     En 2018 sur le sujet la nouveauté est la présence d'une forte communauté musulmane en France. En extrapolant  il est vraisemblable  qu'aujourd'hui  l'Empereur  en finirait avec la laïcité pour organiser autoritairement le culte musulman de manière  concordataire, c'est à dire par la reconnaissance officielle de l'islam assortie d'une exigence de respect absolu de l'Etat et des traditions françaises,  y compris architecturales s'agissant des mosquées.

    Les musulmans qui aiment la force et l'autorité seraient sans doute les premiers à soutenir une telle politique.

    Mais ceci est une histoire qui reste à écrire  et qui nous entraine sur des chemins incertains.

    Pour conclure sur la religion nous dirons que  Napoléon était catholique gallican  car il ne s'embarrassait pas de l'avis du pape pour décider de ce qui était bon pour les catholiques français  et pour lui-même. Quant à ses convictions intimes il était sans doute agnostique et proche de la Franc maçonnerie.

  • Les catholiques italiens préfèrent Matteo Salvini au pape.

    121894_fr_lestroissi.jpgSurtout ne le dites pas, faites semblant de ne rien voir et bouchez-vous les oreilles  car c'est un sujet qui défraie la com du pape François, à savoir que les catholiques italiens pratiquants préfèrent l'attitude de Matteo Salvini à la sienne sur la question des  migrants.

    La popularité de François est en train de s'effondrer, mais plutôt que d'essayer d'en comprendre la cause, le petit monde du Vatican préfère voir en Salvini un suppôt de Satan, voire l'Antéchrist. Embourbée dans les affaires de pédophilie et désavouée sur sa gauche l'institution romaine est en train de perdre ses plus fidèles soutiens, mais à droite cette fois.

     

  • Pour une France chrétienne !

    2939_2.jpgCette note est inspirée de l'interview de Philippe de Villiers publiée dans Valeurs actuelles   ( n° 4272 11/17 octobre 2018)

    "Clovis, Macron, la France et moi" tel est le titre de l'interview. Je lui préfère "Clovis, la France et nous" Oublions Macron qui n'est qu'un épiphénomène, une bulle de savon aux yeux de l'histoire, mais n'oublions pas Clovis et son baptême qui fonda la France. Oublions aussi Philippe de Villiers, épiphénomène d'une droite qui n'ose pas être elle-même. Oublions les épiphénomènes politiques ! Ce blog ne s'y consacre pas , mais pouvons-nous oublier la France ?  Nous les anonymes qui la servons en silence.

    Pouvons-nous oublier la patrie charnelle qui a fait ce que nous sommes ?  Cette patrie qui n'est rien si elle ne s'enracine dans l'Esprit et d'abord celui  du christianisme qui aboutit à notre belle devise ' Liberté, Egalité, Fraternité'

    Sans le christianisme libérateur la République ne serait jamais née, voilà pourquoi aujourd'hui quand le doute est partout dans un monde incertain, il faut revenir aux sources de ce que nous sommes, à savoir le christianisme et cela même et surtout si, comme moi vous n'allez plus à l'église faute d'y être accueilli. Gardez foi en Dieu plutôt qu'en ses serviteurs officiels, ce Dieu qui n'est ni chrétien, ni juif ni musulman mais il a le visage humain de Jésus et à travers la figure de Marie il ne cesse de veiller sur la France.

    Vous n'êtes pas obligé de me croire mais au début était le Verbe. Au début des religions, mais aussi au début de toute démarche de l'Esprit créateur. Voilà pourquoi Philippe de Villiers a raison lorsqu'il s'écrie que si elle renie ses racines chrétiennes  la France est morte, que si elle renie ses racines chrétiennes l'Europe est morte.

    La France se meurt parce qu'elle ne croit plus au Ciel qui veille sur elle, l'Europe se meurt parce qu'elle ne suit plus l'étoile qui mène aux sources de l'Occident, au Champ des Etoiles de Compostelle.

    Poésie que tout cela, certes, mais personne ne s'est jamais sacrifié pour un taux de croissance alors que tant sont morts pour que vive la France !  la fille aînée de l'Eglise, croyaient-ils. Cette Eglise embourbée qui n'attend que le retour de l'Esprit, de France sans doute, pour que luise de nouveau la lumière de la foi qui éclaire les hommes et tous les chemins de la Création.

    Mais l'Esprit ne vient qu'à celles et ceux prêts à l'accueillir et qui, déjà, sont en Résistance, en son nom et au nom de la France. Déjà les réseaux se forment dans l'attente des grands effondrements qui les appelleront à l'action.

     NNDNN  

    Ceux qui savent n'ont pas besoin d'explications, pour les autres il est temps de se mettre en marche pour nous rejoindre.