http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le vieux templier - Page 3

  • Islam, drogue et opium du peuple.

    120px-Flag_of_Saudi_Arabia_svg.pngLe templiers furent les premiers à comprendre le lien de l'islam à la drogue, au hachich plus précisément, lorsqu'ils entrèrent en relation avec les Assassins ou Haschichin, dirigés par le Vieux de la Montagne.( Les Haschichin de la Montagne libanaise étaient les ancêtres des Alawites qui aujourd'hui gouvernent la Syrie du président Assad.)

    La légende veut qu'à l'occasion d'une trêve le Vieux de la Montagne invita les templiers pour leur prouver la supériorité de la foi musulmane sur la chrétienne. Il leur dit qu'il n'avait qu'un signe à faire pour que les gardes se précipitent du haut du rempart pour s'écraser au fond des douves au nom d'Allah. De fait l'un des gardes se jeta dans le vide sur un signe du Vieux de la Montagne, il était bien sûr bourré de hachich.

    Aujourd'hui dans nos banlieues il n'y a qu'un pas entre le trafic de drogue, le financement de l'islamisme et l'endoctrinement islamiste. Cet endoctrinement est particulièrement addictif sur internet. L'islam illustre parfaitement la description de Karl Marx qui désignait la religion ( chrétienne en son temps) comme "l'opium du peuple".

    Il n'aurait certes pas imaginé que sa pensée allait nourrir une autre drogue intellectuelle qui porterait son nom, à savoir le marxisme, mais sa remarque reste juste concernant les religions en général et pas seulement l'islam. Les religions sont des constructions intellectuelles qui superposent un monde enchanté à la réalité quotidienne, si bien que  consommées avec modération elles sont des soulagements appréciables de la misère humaine.

    Comme le hachich, ainsi que le  prétendent les partisans de sa dépénalisation médicale. Mais ceci est une autre histoire.

  • Napoléon et les religions.

    napoleon-auto-sacre.jpgNapoléon et les religions  est le titre de la conférence donnée le samedi 20 octobre au Centre  Universitaire Méditerranéen  de Nice par David Chanteranne, historien et administrateur de l'Institut Napoléon.

    Commentaire :

     Une remarque technique d'abord. Le CUM aurait intérêt à améliorer la très mauvaise acoustique de la salle de conférence. La conférence en elle-même apporte peu d'éléments nouveaux pour qui connait  la période napoléonienne, mais elle est d'une brûlante actualité s'agissant du rapport de l'Etat aux religions.

    Contrairement à nos présidents actuels, trop empêtrés dans le principe de laïcité pour agir efficacement, Bonaparte partait du fait religieux, et non d'un principe abstrait, pour définir le rapport de l'Etat aux religions; ce qu'il  pensait lui-même importe peu, l'important pour lui était la paix sociale et l'engagement des Français au service de l'Etat. Ce dernier par le Concordat reconnaissait leur droit à exercer leur religion en échange d'un soutien actif à son action.

    Cela est particulièrement illustré par le statut des Juifs. Pour en finir avec l'anti sémitisme alimenté par l'usure des prêteurs juifs, en 1808, par plusieurs décrets, Napoléon abolit la dette des acheteurs de biens nationaux lourdement endettés auprès des prêteurs juifs, et il organise le culte israélite en créant le Consistoire sur le modèle de l'organisation du culte protestant. Il abolit les lois de l'Inquisition et le port du bonnet jaune. Les Juifs deviennent de citoyens comme les autres, ils peuvent pratiquer leur culte sans restriction, sauf pour les conscrits enrôlés sous les drapeaux. ( des raisons pratiques permettant difficilement à l'intendance militaire de respecter les interdits alimentaires )

    Le rapport aux musulmans ne se posait pas  à l'époque sur le territoire français  aussi le Concordat concerna-t-il uniquement les religions  présentes en France à l'époque, dont les fortes minorités protestantes du sud de la France et de l'Alsace Lorraine.  Curés, pasteurs et rabbins deviennent des fonctionnaires payés par l'Etat. Ce régime est encore celui de l'Alsace et de la Moselle, régions qui l'héritèrent aussi bien de Napoléon que de l'Empire allemand.

     En 2018 sur le sujet la nouveauté est la présence d'une forte communauté musulmane en France. En extrapolant  il est vraisemblable  qu'aujourd'hui  l'Empereur  en finirait avec la laïcité pour organiser autoritairement le culte musulman de manière  concordataire, c'est à dire par la reconnaissance officielle de l'islam assortie d'une exigence de respect absolu de l'Etat et des traditions françaises,  y compris architecturales s'agissant des mosquées.

    Les musulmans qui aiment la force et l'autorité seraient sans doute les premiers à soutenir une telle politique.

    Mais ceci est une histoire qui reste à écrire  et qui nous entraine sur des chemins incertains.

    Pour conclure sur la religion nous dirons que  Napoléon était catholique gallican  car il ne s'embarrassait pas de l'avis du pape pour décider de ce qui était bon pour les catholiques français  et pour lui-même. Quant à ses convictions intimes il était sans doute agnostique et proche de la Franc maçonnerie.

  • Les catholiques italiens préfèrent Matteo Salvini au pape.

    121894_fr_lestroissi.jpgSurtout ne le dites pas, faites semblant de ne rien voir et bouchez-vous les oreilles  car c'est un sujet qui défraie la com du pape François, à savoir que les catholiques italiens pratiquants préfèrent l'attitude de Matteo Salvini à la sienne sur la question des  migrants.

    La popularité de François est en train de s'effondrer, mais plutôt que d'essayer d'en comprendre la cause, le petit monde du Vatican préfère voir en Salvini un suppôt de Satan, voire l'Antéchrist. Embourbée dans les affaires de pédophilie et désavouée sur sa gauche l'institution romaine est en train de perdre ses plus fidèles soutiens, mais à droite cette fois.