http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le vieux templier - Page 3

  • Cette église cathodique pas très catholique ! (ref 02)

    F0007202.jpg L'église romaine se répand sur les ondes, elle est surtout cathodique et croit ramener ses ouailles au bercail par le spectacle mais lorsqu'un curé super star la quitte pour se marier (comme le père Gréa fondateur de la Star'Ac catho), elle n'a plus rien à dire. Elle n'est pas vraiment catholique, car catholique vient du grec catholicos qui signifie universel. Ce n'est pas le cas, de cette église repliée sur elle-même et pétrifiée dans le dogmatisme.

    Le pape François va dans la bonne direction cependant, il nomme surtout des cardinaux  non européens, affirmant ainsi l'universalité humaine de l'institution. L'exercice a ses limites cependant.

    Seul le peuple de Dieu est universel mais il n'appartient à aucune religion, l'Eglise est une notion spirituelle et non institutionnelle. Le christianisme primitif a cessé d'être universel le jour où l'Empereur romain décida de la suprématie de l'église de Rome sur les autres, puis le Pape remplaça l'Empereur lorsque l'Empire romain disparut. Le pape médiéval prétendit ensuite imposer la Cité de Dieu sur terre comme version chrétienne du Califat.

    Aujourd'hui François  n'a plus cette prétention et le messianisme apocalyptique a mauvaise presse dans son église. La question est de savoir si le catholicisme peut encore exister autrement qu'à travers les médias et les grands spectacles collectifs qui, comme  les JMJ,  donnent l'illusion de l'universel.

    La réponse est dans le retour aux sources du christianisme lorsque l'Eglise était un réseau d'églises multiples et autonomes avec à Rome un évêque comme les autres.

  • Judaïsme : le troisième Temple.(ref01)

    sans-titre.pngLes Juifs pieux veulent réaliser la Cité de Dieu sur terre en créant le Grand Israël  et en reconstruisant le Temple, le troisième et dernier Temple. Pour eux le royaume de Dieu sur terre est celui des Juifs à l'exclusion de toutes les autres nations de la terre.

    Paradoxalement c'est ce rêve dangereux qui bloque le chemin de la paix en une terre qui est sainte pour tous les croyants monothéistes.

    Les Juifs orthodoxes n' en ont cure, ils pensent que nous vivons une période apocalyptique et  attendent la venue du Messie qui rétablira Israël sur toutes les nations et reconstruira  la Temple.

    Une telle vision est typique de l'impasse messianique.  Elle interdit une approche rationelle de  la paix au Moyen orient et... la reconstruction du Temple précisément. Car si celui-ci doit être reconstruit, il ne peut  être que  la Maison de Dieu des Juifs, Chrétiens et Musulmans réconciliés.

  • Les religions du livre dans l'impasse messianique.( ref 0 )

    sans-titre.pngQue faire des religions du livre  à l'heure de la désacralisation des livres sacrés par Internet et la diffusion des connaissances religieuses ? Diffusion qui démystifie la Parole mythique des origines. L'histoire s'arrête dans l'instantanéité. Fin de la religion ?

    Fin de la religion prise au sérieux par des esprits simples sans doute, mais non fin des cultures religieuses.

    A noter que les  religions d'Asie n'ont pas ce problème des livres sacrés fondateurs. Les récits mythiques de l'hindouisme et du bouddhisme n'instituent pas de temps historique, ils ne connaissent que l'éternité de cycles se répétant sans cesse. Au contraire les trois monothéismes sont ancrés dans un temps historique messianique débouchant sur une apocalypse qui réalise l'attente messianique. Voyons ceci dans l'ordre d'apparition des trois monothéismes.

    Le mythe juif de la réalisation d'Israël par l'arrivée finale du Messie.  Dans le christianisme ce mythe devient celui  du retour du Christ. Revisitée par Mahomet  l'histoire s'achève par l'instauration du Califat. Celui-ci  instaure enfin la loi de Dieu sur terre par la victoire des musulmans qui imposent la Charia.

    L'actualité illustre la folle dangerosité de ce mythe à travers les fantasmes de l'Etat Islamique, mais il faut noter aussi que le messianisme conduit également les chrétiens et les juifs dans l'impasse. Dans les sociétés modernes on constate que les croyants monothéistes se distancient du mythe messianique  fondateur, seules des minorités se radicalisent dans l'attente de la fin des temps.

    Il en résulte que ces croyants messianiques se coupent du présent pour ne rêver que du monde à venir, ils désertent la réalité et peuvent s'enfermer dans une radicalisation suicidaire comme c'est le cas dans l'islam.

     Les  notes suivantes seront consacrées à un bilan des trois monothéismes dans leur rapport au messianisme et par des propositions concernant une  culture religieuse alternative ancrée dans l'identité et le rite. Nous étudierons d'abord le rêve dangereux du Grand Israël, puis la dérisoire prétention catholique à l'universel, et enfin la folie meurtrière du Califat.