http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art et Création

  • Le gaullisme n'est pas une pantalonnade marseillaise.

     

     

    200px-De_Gaulle-OWI.jpg

     

    Le théâtre politique bat son plein pour la plus grande joie des observateurs qui pourraient aisément tomber dans la méchanceté.  Nous n'en serons pas et nous oublierons les habituelles tartufferies pré électorales. Plus intéressante nous semble la querelle des Anciens et des Modernes au sein des Républicains, ou se disant tels. 

    Opposer le "traître" Ciotti aux  prétendus héritiers d'une "morale"  gaulliste pour refuser toute alliance avec le RN donne le coup de grâce aux  Républicains. 

    Nul ne peut prétendre parler au nom du gaullisme dans les circonstances actuelles. De Gaulle a su travailler avec les extrêmes lorsque la situation de la France l'exigeait. Il a récupéré de hauts cadres de l'administration  de Vichy en 1945, à commencer par le Préfet Bousquet, l'urgence n'était pas à la "morale", mais à la reconstruction de la France.

    Tout ce psychodrame autour de Ciotti est donc ridicule et  se réduit à une querelle de vieilles peaux  bien décidées à sauver leurs fiefs électoraux, les uns en allant vers le RN, d'autres vers les Macronistes selon les configurations locales.

    Le gaullisme n'a rien à y voir.  Mais ce qui est sûr est  la fin  des LR. Quant à l'esprit du gaullisme il faudra  aller le chercher auprès des jeunes Républicains par exemple, ou d'individualités telles que François-Xavier Bellamy. Dossier à suivre.

  • Ben est rentré dans son trou.

     

     

    Ben a fait l'actualité à Nice pendant bien des années avant de se suicider, deux jours après la mort de sa femme. Chapeau le bonhomme j'admire ! Se suicider par amour est-ce encore possible ? L'amour ça existe donc ?

    Oubliant Eric Ciotti qui lui aussi fait l'actualité en ce moment,images (10).jpg à Nice et au-delà, je suis allé me promener sur les hauteurs de Nice pour admirer la villa abracadabrantesque de  Ben, le doux rêveur esthète, et me recueillir en lui souhaitant la paix de l âme et de douces retrouvailles auprès de son épouse.

    Puis je suis redescendu sur Nice en évoquant mes années de jeunesse qui furent aussi les siennes. J'avais déjà choisi de vivre loin de Nice dans le vaste monde pour y tracer mon chemin.  Pas lui. Son chemin commença lorsque du côté de Cimiez et de l'avenue Caravadossi, puis dans tout Nice, apparut près des bouches d'égout et autres cavités l'inscription  suivante :" Ben sort du trou".

    Ainsi commença sa carrière artistique. Aujourd'hui Ben est retourné dans son trou comme nous tous bientôt. Merci l'artiste de nous avoir rappelé l'essentiel.

  • Tambouille électorale.

     

     

     

    images (10).jpgLa perspective d'élections législatives anticipées enflamme les esprits. A gauche comme d'habitude on prépare une coalition électorale associant la carpe et le lapin. C'est une bonne vieille arnaque contre une droite qui fut longtemps la plus bête du monde mais qui pourrait avoir compris la leçon cette fois-ci. 

    A gauche donc les bobos, attardés dans le vingtième siècle,  bêlent en chœur " Front populaire", sous l'égide d'un Mélenchon que l'on ne saurait enterrer trop vite. Ils sont bêtes et méchants mais ils sont surtout dangereux.

    A droite le grand défi est celui du triomphalisme RN associé au vice centralisateur jacobin de Marine Le Pen ou d'Eric Zemmour.. La droite doit rester diverse pour mieux s'unir et gouverner. Cela implique qu'elle ne présente pas de candidats "frères ou cousins", susceptibles de se nuire au profit de l'adversaire, et cela dès le premier tour.

    Quant au grand fossoyeur il s'est peut-être déjà enterré lui-même en dissolvant l'Assemblée Nationale car à droite il avait déjà débauché la plupart des amateurs de tambouille. Il ne peut que tomber à gauche et subir la loi de Mélenchon, le centre est mort avec la dissolution.

    Il était temps car cette élection devrait enfin clarifier les choses dans ce pays et mettre fin à un demi siècle de non choix.

    Le  "en même temps" n'est plus une option, il s'agit de choisir entre la poursuite de la décadence et le redressement de la France et de l'Europe.