http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christianisme

  • Les bonnes questions de Cnews.

    Cnews.pngLe succès de Cnews tient au fait que cette chaîne pose les questions qui intéressent les auditeurs. Cela est le cas aussi dans le domaine spirituel et religieux avec l'émission "En quête d'esprit".

    Hier soir l'émission  réunissait  un petit monde très catho, j'ai nommé un curé, un ancien commando de marine qui croit à la transcendance, une journaliste BCBG ( il y en a peu, cela mérite d'être souligné ) et un enseignant catholique.

    La question a été posée de savoir s'il  existe une culture commune sans Dieu. Diable  quelle audace ! Et tout ce petit monde catho de tourner autour du pot pour ne pas dire la vérité, pour ne pas donner la bonne réponse, c'est à dire remettre  en cause la laïcité, cette tarte à la crème médiatique de tous les plateaux où l'on parle pour ne pas agir.

    Remettre en cause la laïcité voilà précisément de quoi gêner beaucoup nos cathos qui prirent beaucoup de peine à expliquer que la laïcité est fondée...dans le christianisme.

    C'est parfaitement exact mais cela n'est d'aucune utilité pratique face à nos musulmans ( car c'est bien d'eux dont il s'agit derrière la notion de culture commune). Les musulmans en effet  ne tournent  pas autour du pot. Dieu est au cœur du projet culturel et sociétal ou il ne l'est pas.

    Ils ont raison car il n'y a de Dieu que Dieu et le reste n'est que littérature ! Nom de Dieu !

  • -Pour l'Etat religieux.

    sans-titre.png Alors même que nos députés votaient une timide loi contre le " séparatisme" ..(.comprenne qui peut),  les islamistes prenaient le pouvoir à Kaboul et annonçaient la couleur. Avec eux pas besoin d'analyse de texte,  ce sera la Charia et rien d'autre.

    Vive donc l'Etat religieux ! Et tant pis pour ceux qui  n'aiment pas les barbus et sont insensibles au charme exquis des femmes voilées.

    Faut-il en conclure  que la prise de pouvoir par les Talibans est  synonyme d' un  retour à l'obscurantisme pur et dur ? Bizarre que la question ne soit posée qu'à leur sujet mais jamais à nos  amis du Qatar ou d'Arabie Saoudite ...Il y a donc de bons ou de mauvais Etats religieux ?

    Sans doute mais la vraie question est ailleurs, elle est dans  l' opposition irréductible  entre l'Etat religieux et notre démocratie libérale libertaire. Le  premier a sa référence ultime dans la Loi religieuses censée être celle de Dieu ou  ses avatars, tandis que la seconde voit dans l'être humain la référence suprême du Droit.

     Il faut choisir et pour ma part je choisis l'Etat religieux, mais pour que vous ne me preniez pas pour un Taliban (Templier je veux bien ) je vous dois des explications.

    Je choisis l'Etat religieux parce qu'il est le  fondement d'une démocratie  digne de ce nom.  Sans la référence à Dieu la démocratie  est une forme d'anarchie, la nef des fous des égos qui mesurent le monde à l'aune de leur nullité. Sans la référence à Dieu il n'y a qu'anarchie, ou dictature en réaction  à la perte d'autorité de l'Etat et à la décadence de la société. Si l'individu, et non Dieu, est la référence suprême l'Etat  est  désacralisé et la société devient libertaire autant qu'hédoniste, c'est à dire totalement individualiste, elle  n'existe plus et part à la dérive de tous les courants décadents. C'est le cas des sociétés occidentales.

    En France sous le nom de laïcité et partout en Occident sous la pression de la culture des Droits de l'Homme désormais appelée "woke",  l'Etat sans Dieu est balloté par les caprices  des individus et des minorités avec l'aval des juges. C'est un  Etat en faillite parce que paralysé par le pouvoir judiciaire et celui des médias. Dans une telle société sans Etat digne de ce nom, le débat démocratique est devenu cacophonie, plus personne n'entend personne et la violence s'installe.

    Le constat est facile mais il est difficile de faire l'apologie de l'Etat religieux  car celui-ci est historiquement archaïque et discrédité sous ses formes musulmanes modernes. L'Etat religieux moderne est à inventer dans le contexte de la modernité.

    Pour avancer dans cette direction  un peu de recul historique est nécessaire, ensuite  nous essaierons de comprendre ce que pourrait être un Etat religieux au 21 è siècle.

    Historiquement tous les Etats étaient religieux mais en Occident la rationalité et les Lumières les ont désacralisé. Dieu, la référence  suprême de la Loi a été remplacée par l'Homme des Lumières et le dernier Etat religieux occidental,  à savoir  le Vatican,  n'est plus qu'un spectacle médiatique. Même évolution en Asie où le pouvoir du Dalaï  Lama a disparu avec  la théocratie tibétaine.

    Cependant, contrairement  à l'Occident et à l' Asie bouddhiste, les mondes  islamique et hindouiste sont restés des sociétés religieuses avec des  Etats embryonnaires confondus avec la religion.. Aujourd'hui le monde musulman présente le tableau d'Etats religieux archaïques et d' Etats religieux récents  prétendant ramener le monde musulman aux temps prophétiques et apocalyptiques. C'est le cas  en  Iran et tout récemment en Afghanistan.

     L'Inde nationaliste évolue dans le même sens, vers un retour au monde védique en refus de la modernité, et dans le rejet des droits humains hérités de la démocratie occidentale à l'anglaise.

    En Asie le bouddhisme se perpétue dans la tradition impériale japonaise et  se concilie parfaitement à la modernité. De même en  Chine le pouvoir communiste athée met habilement les religions au service de l'Etat, y compris le catholicisme qu'elle nationalise avec succès n'en déplaise au pape.

    Enfin n'oublions pas le cas d'Israël qui est le parfait Etat religieux ultra moderne. Israël qui ne survit que parce qu'il est un Etat religieux.

    Face au reste du monde resté ou redevenu religieux,  l'Occident apparait  complètement désacralisé et  incapable de comprendre ce qui lui arrive lorsque s'installent chez lui les immigrants musulmans profondément religieux.

    Pour intégrer ces nouveaux arrivants et stopper la désagrégation des sociétés occidentales une réinvention de l'Etat religieux est nécessaire . La réponse la mieux appropriée semble être dans un Etat religieux monothéiste sacralisant le pouvoir de l'Etat  au nom du Décalogue et de la tradition abrahamique.

    Je n'en dirai pas plus car ici nous abordons la politique; ce qui n'est pas mon propos.

    Comment en effet refonder la Constitution, française d'abord , européenne ensuite,  dans la Loi divine et non plus dans l'ego et le caprice des êtres humains. ?

    Un vaste programme politique que seuls à ce jour les populistes de Pologne et de Hongrie commencent à mettre en oeuvre contre les décadents de Bruxelles. Puisse  leur exemple inspirer nos futurs candidats présidentiels !

  • Chute de Kaboul.

    images(155).jpg Kaboul est tombé. Rudyard  Kipling a dû se retourner dans sa tombe car c'est à Kaboul que l'homme blanc a porté le plus loin ses idéaux et ses ambitions. Celle d'Alexandre le Grand  y avait trouvé les limites de son grand rêve d'unir  l'Orient et l'Occident qui s'avéra n'être qu'un mirage oriental. L'histoire se répète.

    15 août 2021 les Talibans entrent dans Kaboul. Après les Anglais colonialistes, les Russes communistes, les Américains idéalistes déposent à leur tour le fardeau de l'homme blanc et se retirent sur la pointe de pieds.

    Au-delà de ses conséquences politiques et humaines, la chute de Kaboul a une immense portée symbolique. Elle symbolise la victoire de l'Islam obscurantiste sur la démocratie libérale.

    Il était pourtant prévisible que ceux qui étaient prêts à mourir pour Dieu vaincraient ceux qui n'avaient pas envie de se battre et qui comptaient sur nous pour le faire à leur place. Ceux-là étaient, parait-il,  partisans de notre démocratie libérale. En fait, souvent corrompus  ils ne voyaient dans notre modèle que le téléphone portable, nos musiques infernales, l'argent et les femmes faciles.

    Pas tous heureusement,  mais devons-nous les accueillir s'ils ne sont pas prêts à repartir chez eux pour reprendre  le combat ? Si leur seule  ambition  est  de  vivre chez nous à leur guise et à nos frais ?

    Nous sommes responsables de cette débandade parce que nous avons mésusé de nos Lumières et de notre liberté dans l'oubli de Dieu. C'est en son nom que l'Occident doit se battre désormais, pour survivre, et non pour imposer la démocratie libérale libertaire décadente. C'est en effet ce modèle libéral  libertaire qui a entrainé  notre défaite, je dis bien notre défaite, car la défaite des Américains est aussi la nôtre. Elle est celle de l'Empire d'Occident auquel  appartient la France d'où viendra peut-être un sursaut et un projet régénérateur et cela au nom du Dieu tout puissant.

    T comme talibans ? Non comme templiers !