http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agenda

  • Les catholiques italiens préfèrent Matteo Salvini au pape.

    121894_fr_lestroissi.jpgSurtout ne le dites pas, faites semblant de ne rien voir et bouchez-vous les oreilles  car c'est un sujet qui défraie la com du pape François, à savoir que les catholiques italiens pratiquants préfèrent l'attitude de Matteo Salvini à la sienne sur la question des  migrants.

    La popularité de François est en train de s'effondrer, mais plutôt que d'essayer d'en comprendre la cause, le petit monde du Vatican préfère voir en Salvini un suppôt de Satan, voire l'Antéchrist. Embourbée dans les affaires de pédophilie et désavouée sur sa gauche l'institution romaine est en train de perdre ses plus fidèles soutiens, mais à droite cette fois..

     

  • Pour une France chrétienne !

    2939_2.jpgCette note est inspirée de l'interview de Philippe de Villiers publiée dans Valeurs actuelles   ( n° 4272 11/17 octobre 2018)

    "Clovis, Macron, la France et moi" tel est le titre de l'interview. Je lui préfère "Clovis, la France et nous" Oublions Macron qui n'est qu'un épiphénomène, une bulle de savon aux yeux de l'histoire, mais n'oublions pas Clovis et son baptême qui fonda la France. Oublions aussi Philippe de Villiers, épiphénomène d'une droite qui n'ose pas être elle-même. Oublions les épiphénomènes politiques ! Ce blog ne s'y consacre pas , mais pouvons-nous oublier la France ?  Nous les anonymes qui la servons en silence.

    Pouvons-nous oublier la patrie charnelle qui a fait ce que nous sommes ?  Cette patrie qui n'est rien si elle ne s'enracine dans l'Esprit et d'abord celui  du christianisme qui aboutit à notre belle devise ' Liberté, Egalité, Fraternité'

    Sans le christianisme libérateur la République ne serait jamais née, voilà pourquoi aujourd'hui quand le doute est partout dans un monde incertain, il faut revenir aux sources de ce que nous sommes, à savoir le christianisme et cela même et surtout si, comme moi vous n'allez plus à l'église faute d'y être accueilli. Gardez foi en Dieu plutôt qu'en ses serviteurs officiels, ce Dieu qui n'est ni chrétien, ni juif ni musulman mais il a le visage humain de Jésus et à travers la figure de Marie il ne cesse de veiller sur la France.

    Vous n'êtes pas obligé de me croire mais au début était le Verbe. Au début des religions, mais aussi au début de toute démarche de l'Esprit créateur. Voilà pourquoi Philippe de Villiers a raison lorsqu'il s'écrie que si elle renie ses racines chrétiennes  la France est morte, que si elle renie ses racines chrétiennes l'Europe est morte.

    La France se meurt parce qu'elle ne croit plus au Ciel qui veille sur elle, l'Europe se meurt parce qu'elle ne suit plus l'étoile qui mène aux sources de l'Occident, au Champ des Etoiles de Compostelle.

    Poésie que tout cela, certes, mais personne ne s'est jamais sacrifié pour un taux de croissance alors que tant sont morts pour que vive la France !  la fille aînée de l'Eglise, croyaient-ils. Cette Eglise embourbée qui n'attend que le retour de l'Esprit, de France sans doute, pour que luise de nouveau la lumière de la foi qui éclaire les hommes et tous les chemins de la Création.

    Mais l'Esprit ne vient qu'à celles et ceux prêts à l'accueillir et qui, déjà, sont en Résistance, en son nom et au nom de la France. Déjà les réseaux se forment dans l'attente des grands effondrements qui les appelleront à l'action.

     NNDNN  

    Ceux qui savent n'ont pas besoin d'explications, pour les autres il est temps de se mettre en marche pour nous rejoindre..

     

     

     

     

  • Médecin ou tueur à gages ?

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgDans son homélie prononcée le 10 octobrelors de sa traditionnelle audience Place St Pierre, le pape a comparé l'avortement à un recours à un tueur à gages.

    La comparaison est provocatrice mais elle est vraie à juger de la réalité de l'avortement. Cet acte est un infanticide par médecin interposé, de même nature que les pratiques de nos ancêtres qui , faute de pouvoir accueillir un nouveau né, le laissait mourir de faim ou le tuait comme un petit chat. Ce crime est puni par la loi comme le fut longtemps l'avortement qui en dernier recours est  une régression et non un progrès.

    Le pape ne dit rien d'autre mais en comparant le médecin avorteur à un tueur à gages il anticipe sur les dangereux projets en cours visant à priver le médecin de sa liberté de conscience en la matière. Quel médecin accepterait en conscience de devenir tueur à gages? 

    On objectera le manque de compassion du pape envers des mères incapables d'élever un enfant mais il s'agit d'un autre problème, à savoir celui de l'accueil de la vie par toute la société et la généralisation de l'adoption.