http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité en lecture spirituelle - Page 4

  • Inscrire le droit de tuer dans la Constitution ?

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgInscrire le droit à l'avortement dans la Constitution serait  au mieux de l'enfumage pour détourner l'attention de l'opinion des problèmes qui confrontent Emmanuel Macron, soit un témoignage accablant de l'insondable légèreté éthique et intellectuelle de cet homme, pur produit d'une gauche en dérive morale.

    Inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution reviendrait à  y inscrire le droit de tuer,  ce qui est très grave, et entraine de fait le refus de l'objection de conscience des médecins pro vie. Mais également celui des objecteurs de conscience qui refuseraient de porter les armes pour la France en cas de guerre.

    Inversement ce droit de tuer justifierait  le port d'arme incontrôlé,  un comble ! Son  seul effet positif serait de permettre aux policiers de faire  leur travail lorsqu'ils sont en légitime défense.

    En ce moment la France n'a pas besoin de buzz médiatico politique sur un sujet grave qu'elle a su régler de manière équilibrée par la loi Veil. N'en rajoutons pas car l'avortement est en soi un problème douloureux, et, comme la guerre,  toujours un échec,   voire un désastre. Il ne peut être qu'une tolérance solidement encadrée par la loi, et non un droit constitutionnel.

  • National papisme russe vs puritanisme américain

    images (17).jpg Et si la guerre en Ukraine était aussi une guerre de religion ? Au-delà de ses causes politiques et géopolitiques elle oppose en effet  deux visions du monde.

    D'un côté celle du patriarche Kyril de la Sainte Russie, pape de la troisième Rome dont la vocation est de sauver le monde de la décadence occidentale, de l'autre l'Amérique puritaine des justes bénis de Dieu.

    Deux messianismes en fait, celui de la religion qui sacralise l'Etat et le pouvoir contre l'individu, et celui de la religion des droits de l'homme qui est l'ultime version du christianisme protestant. Même si cette religion des droits de l'homme évacue Dieu elle pousse à la limite l'individualisme protestant en plaçant l'individu au-dessus de l'Etat et de tout pouvoir. 

    On comprend alors que cette guerre pourrait durer longtemps car elle est de nature idéologique et éclaire des clivages au cœur de toutes les nations. Poutine doit faire face au plan intérieur à des opposants inspirés par l'idéologie américaine et dont Zélensky est le  héros. Inversement les mouvements dits populistes représentent une aspiration à des pouvoirs resacralisés non soumis à la dictature des lobbies LGBT et de l'individu roi, ce migrant  qui ne reconnait ni frontières, ni Etats.

    Bien au-delà de l'Ukraine cette guerre fait rage dans les esprits  et conditionne l'évolution politique de notre planète. Elle va durer longtemps.

  • Les espoirs brisés d'Eric Zemmour

    i-media-266-eric-zemmour-homme-abattre-588x330.jpgL'homme à abattre l'a été et sans doute pour longtemps, et c'est dommage. Au-delà du jeu politique en effet,  Eric Zemmour a posé les questions essentielles non résolues de la société occidentale. Malheureusement ses réponses furent  trop étriquées, voire  " franchouillardes" et son combat n'a de sens que s'il inclut la question de la place de Dieu dans le village global, un problème éminemment politique.

    La droite ne se reconstruira d'ailleurs durablement qu'autour d'un socle de valeurs nettement affirmées et de nature fondamentalement religieuse. Mais ceci est une autre histoire. Pour l'heure remercions Eric Zemmour de son courage face  à l'imposture ambiante, et souhaitons qu'il n'abandonne pas le combat car celui-ci ne fait que commencer.