http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agenda - Page 2

  • Ukraine: l'UE humiliée.

    téléchargement 1.pngL'Empire américain est directement défié par  Poutine qui rêve  de  reconstituer l'Empire russe  sur le dos des Européens. En fait Il propose aux Américains de redéfinir leurs  zones d'influence respectives  en Europe. C'est la raison pour laquelle Américains et Russes ont  écarté  l'UE des négociations en cours à Genève sur l'Ukraine. Ils ont gentiment prié Français et Allemands de ne pas se mêler de ce qui les regarde.

    Pour aboutir à un nouveau Yalta, Biden peut  compter sur l'Otan et les Anglais bien sûr, mais  aussi sur les  états périphériques de l'est européen comme la Pologne et l'Ukraine. Mais il ne veut surtout pas des bons offices de l'Allemagne et de la France, les seuls représentants des intérêts européens dans cette affaire.

    La vérité est qu'aux yeux des Américains l'UE n'a d'intérêt que si elle accepte de n'être que l'instrument de leur politique. Poutine le sait et ne négocie donc qu'avec les Etats-Unis. 

    Il en est ainsi parce que l'UE a été conçue pour cela  après la seconde guerre mondiale. Le but des Anglo saxons était  d'en finir avec les fauteurs de trouble historiques que sont la France et l'Allemagne. Sous prétexte de les réconcilier les Pères de l'Europe ont surtout voulu neutraliser définitivement les grands vaincus de la seconde guerre mondiale.

    Le problème est qe la France vaincue de 1940, comme l'Allemagne vaincue de 1945 sont redevenues des puissances avec lesquelles il faudrait compter si elles n'étaient pas réduites à  l'impuissance par l'UE,  simple arrière cour des Etats Unis.

    Ce constat explique aussi bien l'affaire des sous-marins non vendus à l'Australie,  que la volonté  des Anglo Saxons de tenir l'UE, c'est à dire en fait l'Allemagne et la France, hors du jeu en Ukraine comme dans la zone pacifique.

    Ce calcul et ces humiliations ont pour conséquence de réveiller les  consciences européennes . En France depuis longtemps déjà selon la tradition gaulliste, mais aussi tout récemment en Allemagne. Même les plus américanophiles ( j'en suis ) refusent de penser que  l'histoire de  France s'achève en 1940, et celle de l'Allemagne en 1945, car ensemble ces deux pays sont les deux épaules d' un géant enchaîné qui s'appelle l'UE. 

    .La stratégie américaine  envers l'UE a  cependant un  mérite, à savoir celui  de dessiner les vrais contours de l'Union Européenne.

    L'UE n'est qu'un ectoplasme juridique mais elle  est animée par une force puissante qui s'articule autour de   l'axe rhénan, se prolonge  vers Milan  et Barcelone et a un rayonnement mondial à travers la francophonie et le monde hispanique Ni Biden ni Poutine ne peuvent ignorer cette réalité, car les faits sont têtus et ils finissent toujours par trouver une expression politique.

    Américains  et Russes connaissent  aussi  les réalités chiffrées de cette  puissance qu'ils veulent à tout prix empêcher de se libérer politiquement. C'est là le vrai ressort d'un possible accord entre eux. Paradoxalement ce serait  un moindre mal s'il contribuait à la paix sur le continent.

     

     

     

      

  • Sarcosette et Marinette font de la politique.

    th (2).jpgFini le temps de l'insouciante jeunesse des deux demoiselles BCBG entrées en politique ! Fini le temps des premiers émois électoraux, nos deux ingénues sont devenues dames à prendre au sérieux en ce moment d'élections présidentielles.

    A prendre au sérieux ? Vraiment ? Peut être pas tout à fait,  et pour dire vrai je ne suis pas convaincu. Marinette déballe toujours ses vieilleries à la grande braderie du Nord,  pour le plus grand plaisir des buveurs de bière et mangeurs de frites qui l'affectionnent. Et après ?

    Quant à Sarcozette elle s'est entourée d'une bande de loulous vieillissants qui lui ont conseillé de sortir le karcher pour montrer qu'elle en a dans sa petite culotte, mais le karcher a fait pschitt . Vous y croyez ?

    Bref je ne sais trop où vont nos deux dames qui ne sont plus très fraiches, même si elles  ont encore quelques charmes. A vérifier. Et pour cela on peut compter sur  un  étrange Objet Politique Non Identifié ( OPNI) qui vient d'atterrir dans la campagne. Selon les spécialistes ce serait un rare spécimen archéo futuriste d'origine judéo berbère.

    Et la gauche direz-vous ? Elle pue le woke mais elle n'est pas encore morte, elle bouge encore ! Difficile donc de de parier sur qui que ce soit à ce stade d'une campagne  plus ou moins manipulée par les  docteurs Purgon. Ce sont eux qui font la loi. Et d'ailleurs au train où vont les choses ils pourraient bien décider des résultats des élections car le virus Omacron court toujours.

    Selon le très sérieux  institut de sondage IFLOP on estime à 30 % la charge virale de l'Omacron dans le  corps électoral français, une recontamination et une rechute ne sont donc pas à exclure. 

    A Londres les bookmakers sont très prudents car parier est très risqué puisque, toujours selon l'IFLOP, Marinette, Sarcosette et l'OPNI sont dans un mouchoir de poche. Dans un mouchoir vous imaginez !   Comment faire avec tous ces gens enrhumés, pardon, covidés. Mieux vaut en rire brave gens, car le rire c'est bon pour la santé. .

  • Nous sommes tous des Québécois ! !

    180px-Unclesamwantyou.jpg

    Je suis devenu "Québécois" ce Noël 2021. J'ai reçu en cadeau une prétendue compilation sonore de 1938, l'année de ma naissance. Naïvement j'avais cru que le lien informatique me permettrait d'entendre  la voix de Charles Trenet ou de Maurice Chevalier, mais en fait il n'y avait pas une seule chanson française, le lien  débouchait simplement, et seulement,  sur les grands succès du jazz de 1938

    C'est sans doute l'effet Joséphine Baker sur la culture française cette année-là, sauf que l'on peut aimer le jazz sans faire passer Charles Trenet aux oubliettes !

    Cela m'a fait réfléchir et j'ai compris que nous ne pouvons vivre sans l'anglais, et sans les réseaux de distribution anglo-saxons qui portent la culture. Sans eux plus de musique, plus de livres. D'ailleurs regardez les rayons de la Fnac et vous comprendrez. On peut le déplorer et je le déplore, mais il faut être réaliste et s'adapter au monde tel qu'il est, comme les Québécois qui ont appris à défendre leur identité.

    Nous sommes désormais comme eux. Comme eux, nous sommes menacés dans notre identité  par l'anglophonie mondialisée et  wokisée. Sujet délicat qui exige  beaucoup de discernement car il ne faut  pas confondre l'usage de l'anglais et la menace culturelle qu'il entraine. 

    Dans ma jeunesse l'anglais était déjà une langue professionnelle, mais non  indispensable, et l'on parlait encore breton ou alsacien dans les familles. Mais aujourd'hui, ayant atteint un certain âge, je constate que l'anglais est la  langue  de ma famille, disséminée entre Boston  ( USA), Bollington ( GB), Strasbourg, Genève et Nice où je vis. Non seulement  l'anglais est la langue obligatoire du travail de mes enfants, mais il est  aussi le lien familial avec les familles des  conjoints non francophones.

    Que faire sans l'anglais ? Il  faut entrer  en résistance contre l'hégémonie de cette langue. Il faut le faire certes  au nom de la culture et de l'identité française, mais aussi  pour s'opposer à la dégénérescence du King's English, cette langue magnifique menacée par les marchands de soupe du monde entier.

    Aux USA même, au nom de l'aide aux minorités, certains veulent imposer à l'école l'Ebony English, c'est à dire l'anglais pauvre et abâtardi des  ghettos noirs. Chez nous on pourrait dans le même esprit vouloir remplacer à l'école, dans certains quartiers, le français,  par le créole, celui d'Haïti ou de n'importe quel village d' Afrique francophone oar exemple.

    Tout comme le français l'anglais est donc menacé par la wokisation; c'est à dire le refus de la modernité occidentale.

    Il y a donc un  problème, car  si l'anglais  est le grand diffuseur de la culture moderne informatique, il est aussi de plus en plus le vecteur d'une culture pourrie par Hollywood et la publicité, au service d'intérêts financiers et idéologiques hostiles non seulement à notre culture francophone, mais également à la culture occidentale  en général.

    Sous couvert de la modernité de l'anglais une sous culture américaine qui n'est pas celle des élites de Boston et du MIT, tend à s'imposer partout au service  des intérêts commerciaux  et de la politique de déconstruction de l'Occident.

    Les pays anglo-saxons sont les premières victimes de la dérive libérale et financière   qui produit cette sous culture de la pub et des médias. Mais par capillarité politique  l'Union Européenne s'inscrit dans cette décadence culturelle occidentale qui  abrutit les individus et  détruit  l'identité des peuples.

    C'est donc bien l'esprit de résistance linguistique des Québécois qu'il nous faut imiter, mais cela ne suffit pas, car l'anglais n'est pas le problème, mais bien ce qu'il propage. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain et encourager auprès des   élites anglophones la prise de conscience des enjeux culturels et identitaires.

    Il s'agit mondialement de relever le défi du wokisme . Pour y répondre pas besoin de révolution, il suffit de ne pas réduire  les choix décisionnels aux  seuls critères de l'économie et du taux de croissance. Cela par exemple en refusant un énorme retour sur investissement minier au coeur de l'Amazonie, s'il doit être payé par la disparition d'une tribu amazonienne de 500 personnes, de sa langue et de sa culture. Eux aussi sont des Québécois.

    Il est temps de comprendre que  les acteurs de l'économie  sont des êtres humains et non pas de simples  statistiques en anglais de producteur/ consommateurs interchangeables. Il faut comprendre que le respect de la diversité implique  des projets de sociétés qui peuvent ne pas être réduits à des algorithmes de profit. L'humanisme est une notion purement abstraite qui n'a de sens que si elle s'enracine dans les cultures particulières.

    En ce qui concerne la mienne je ne veux pas qu'elle disparaisse et j'entre en résistance, comme les Québécois.

    .