http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christianisme - Page 3

  • L'esprit du christianisme.

    250px-Antonello_da_Messina_004.jpgEn cette Pentecôte 2022 , je vous propose une réaction chrétienne apocalyptique et optimiste au livre intitulé " L'esprit du christianisme".

    Ce livre paru aux éditions du Temps Présent en 2018 a été écrit à 102 ans par le Père jésuite Joseph Moingt mort à 104 ans en 2020. Paix à sont âme tout  en espérant vivre assez longtemps pour connaître un début de réponse au défi qu'il pose dans son livre. En effet, celui-ci dresse l'acte de décès de l'église catholique au nom de l'esprit du christianisme.

    Avoir vécu si longtemps et être devenu un  théologien catholique reconnu pour en arriver là avant de  disparaître est paradoxal et pose question. Le Père Moingt a-t-il vécu pour rien en devenant théologien catholique ?

    La réponse est non car il a exprimé l'opinion de celles et ceux qui restent chrétiens en conscience et vérité, mais en dehors de l'institution.

    C'est mon cas aussi, comme lui, je peux écrire comme lui : " l'Eglise est morte, vive l'Eglise !"

    C'est le testament spirituel du Père Moingt, mais  la suite ne le concerne plus et il nous  laisse le soin de continuer l'Eglise.

    Le problème à mes yeux est que pour cela Il nous renvoie  à l'église apostolique primitive des premiers temps et au seul "humanisme évangélique" de l'Ecriture Sainte. A mon humble avis il a tort de ne pas attacher de valeur à l'institution ecclésiale en tant que patrimoine culturel. 

    Certes, née sur les ruines de la Rome païenne, la Rome chrétienne se meurt. Mais l'esprit du christianisme est éternel,  il aurait pu ne pas s'incarner dans Rome. Quelle forme prendra sa  renaissance et par quelle nouvelle  métamorphose ? Que peut-on encore bâtir sur les ruines de la Rome chrétienne. La réponse est l'espérance de l'Apocalypse. 

    " Et je ferai toutes choses nouvelles"  Jean II

    Comment rester dans l'espérance ? Nous en reparlerons dans une prochaine note intitulée "Patrimoine chrétien et Eglise vivante"

     

    .

     

  • Bock-Côté mieux que le pape.

    images 2.pngDans son édito sur Cnews du mercredi 25 mai dans l'émission de Christine Kelly, Mathieu Bock-Côté  a fait la bonne analyse de la nouvelle tuerie survenue dans une école des Etats-Unis. Au-delà de la question des armes, propre à la société américaine, il a osé parler du mystère métaphysique du mal dans l'âme humaine.

    Des paroles que l'on aurait aimé entendre dans la bouche du pape qui une fois de plus a couru après l'émotion médiatique en se disant " le cœur brisé". Une fois de plus le pape a joué le rôle du pleureur de service au lieu de faire entendre les paroles fortes que l'on aurait pu entendre de lui.

    Pour remplir les églises vides d'Occident, il faut y faire entendre d'autres paroles que celles de l'émotion pleurnicharde et bien pensante. Pourtant le christianisme remet radicalement en cause le train du monde, mais il laisse désormais aux imams de banlieue le soin de le faire. Ne cherchez pas ailleurs la raison de la crise civilisationnelle de l' Occident.

  • Le bouc émissaire du Vatican.

    250px-Antonello_da_Messina_004.jpgNon ce n'est pas  ce Jésus qui, il y a 2000 ans,  fut le bouc émissaire de la caste sacerdotale juive, le Sanhédrin dont les grands dignitaires livrèrent aux Romains le juste qui osait dénoncer leurs turpitudes.

    Non, en 2022 le bouc émissaire s'appelle Benoît XVI, le juste livré en victime expiatoire à  l'opinion publique pour faire oublier les scandales du Vatican.

    Coïncidence ou non, Benoît XVI vient de fêter ses 95 ans dans la solitude sépulcrale du samedi saint 2022.

    A Rome il a disparu, ou presque. Dans les boutiques de bondieuserie on trouve à foison l'image de JP II, le Johny Halliday local,  qui bien que mort comme lui, a encore ses fans et ses groupies. Quant au pape François il semble faire surtout dans le développement personnel désormais, à juger d'après sa littérature aux titres inoubliables comme  " Je te souhaite un sourire " ou encore  "Ose tes rêves !"

    Dans cette église devenue inaudible et  confrontée au désastre de ses mœurs, on comprend la souffrance de Benoît qui a fêté ses 95 ans dans la solitude et l'abandon, dans l'attente de la mort qui approche, comme le Christ.

     " Père pourquoi l'as tu abandonné ? " disent ses amis. D'autres  posent la question posthume de l'abbé Pierre "Mon Dieu, pourquoi ?"  Quant à moi le mécréant je propose  de ressusciter dans l'esprit de Pâques. Dossier à suivre.