http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Initiation et spiritualité - Page 5

  • Vierge de Fatima contre Vierge de Kazan ?

    téléchargement (9).jpgLes apparitions mariales sont des phénomènes complexes qui relèvent de plusieurs grilles de lecture   (voir d'autres  notes de ce blog sur le sujet). En lecture chrétienne le phénomène est un message apocalyptique, message qui devient politique dans le contexte culturel catholique romain ou orthodoxe.

    Cela est le cas en ce moment suite à la guerre en Ukraine. Le 15 mars le pape a annoncé sur Twitter qu'il consacrerait la Russie et l'Ukraine au cœur immaculée de Marie. La consécration sera accomplie le 25 mars au cours de l'office pénitentiaire de 17 heures dans la basilique Saint Pierre.

    Cette consécration n'est pas une nouveauté mais plutôt un nième épisode d'un feuilleton qui remonte aux apparitions de Fatima de 1917. La consécration de la Russie fait référence au deuxième secret confié par la Vierge aux petits voyants portugais.

    Le message est révélé en 1942, pendant la seconde guerre mondiale et il y est question de la conversion  de la Russie, vœu exaucé aujourd'hui puisque la Russie est redevenue très religieuse et l'on dit même que Wladimir Poutine serait  sur un chemin de conversion. Il est fort dévot et grand ami de Kyril le Patriarche orthodoxe de Moscou.

    Cela n'empêche pas la guerre en Ukraine et le retour de la vieille alliance  du sabre et du goupillon.

    Le pape renouvelle donc l'opération  "message de Fatima", en y incluant l'Ukraine. Mais il se trouve que les Russes sont aussi des dévots de la Vierge Marie, mais à Kazan, pas à Fatima. Faut-il en conclure que  le pape et Kyril, le Patriarche orthodoxe de Moscou, ne prient pas la même Mère de Dieu ?

    Vierge de Kazan contre celle de Fatima alors ? Sans oublier celle de Medju Gorje qui se permet de  critiquer le Vatican ?

    Dieu et sa mère choisissent-ils leur camp ? C'est une vieille histoire. Déjà  pendant la guerre de Troie les dieux de l'Olympe étaient divisés, les uns prenant parti pour les Grecs et les autres pour les Troyens. Les hommes ne changent pas, la religion non plus.

     

     

     

     

  • Souverainisme européen et subsidiarités nationales.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgOpposer souveraineté nationale  à souveraineté européenne est un faux débat  mais un débat devenu nécessaire en ce temps où l'UE prend enfin conscience de son inexistence face au péril venu de l'Est.

    Il était temps car il ne s'agit plus de réaliser les Etats Unis d'Europe sous coupe américaine mais bien de survie historique du vieux continent ,Russie comprise, et cela change la donne. 

    Déjà l'opposition entre les derniers partisans  de l'Europe de Bruxelles aux populistes semble dépassée et casi préhistorique,et nul ne songe plus ennuyer les Polonais sur des questions de Droit quand ceux-ci démontrent leur engagement européen aux côtés des Ukrainiens.

    Il en est ainsi parce que la crise actuelle démontre la nécessité de penser la défense européenne autrement, en association avec  l'Otan certes, mais de manière indépendante en termes stratégique,  en particulier en matière d'auto suffisance alimentaire et énergétique. La conception  de l'UE qui s'imposait au sortir de la seconde guerre mondiale n'existe plus , elle est un modèle épuisé par les circonstances historiques, et parce que l'UE bruxelloise n'a jamais respecté l'un de ses principes fondateurs,  à savoir le principe de subsidiarité.

    Ce principe consiste à réserver uniquement à l'échelon supérieur ( l'UE)  ce que l'échelon inférieur ( les états membres de l'UE) ne pourrait effectuer que de manière moins efficace. Ce principe  ne s'applique qu'aux questions relevant d'une compétence partagée entre l'UE et les Etats membres.

    On voit donc qu'il ne peut y avoir conflit de souveraineté dès lors que les niveaux de compétence sont clairement définis et renégociés s'il le faut. Or depuis un demi siècle l'UE s'est construite comme une usine à gaz juridique constituée de transferts de compétence toujours plus étendus sans que jamais soit pris en compte le principe de subsidiarité.

    Pour résoudre la crise de l'UE un audit juridique s'impose, à commencer par celui de la Cour de Justice de l'UE et de ses abus de pouvoir.

    A ce jour seul les "populistes" ont ouvert le débat, trop souvent en oubliant les immenses acquis de la construction européenne. Mais à qui la faute ? Sinon à celle de dirigeants aveugles sur ce sujet comme sur  d'autres, en particulier celui de l'identité culturelle de l'Europe. Ce débat, fondamental, et toujours esquivé au nom du mondialisme,  retrouve toute son actualité et son urgence avec la guerre en Ukraine.

    A la frontière polonaise, et ailleurs aux frontières de l'UE, on constate que les Européens de l'ouest accueillent sans réticences et comme des frères  les réfugiés ukrainiens. Cela n'est pas le cas s'agissant de réfugiés, ou prétendus tels, venus d'Afrique ou du monde musulman.

    Cette différence montre bien que les  réfugiés ukrainiens sont accueillis comme d'authentiques européens, c'est à dire blancs et chrétiens, venus de cette Europe réelle qui va de l'Atlantique à l'Oural  et que Wladimir Poutine est en train de révéler à elle-même bien malgré lui.

     

     

     

  • Politique et religion sur Cnews.

    images 2.png Source  "En quête d'esprit" du dimanche  27 février 2022.

    A retenir de l'émission que  2% de catholiques français pratiquent leur religion, contre 30 à 40 % de musulmans. Ces chiffres  sont accablants  car ils condamnent  toute politique de renouveau identitaire chrétien.

    Et d'ailleurs il est notoire que les évêques français sont opposés à toute politique de renouveau identitaire chrétien. Le tableau religieux français  est donc celui d'un christianisme de plus en plus confidentiel tandis que s'affirme  l'islam comme religion populaire.

    Dans cette société déchristianisée s'efface également le respect  de la simple loi naturelle au profit d'une affirmation de la liberté individuelle absolue comme critère ultime de la définition de l'humain. Dès lors  c'est le bon sens  même et l'équilibre sociétal qui disparaissent, y compris  dans le domaine de la sexualité.

    Le sombre tableau dressé par l'émissioni pose donc bien la question du rôle du politique.  En France nos politiques tendent à esquiver le problème en se cachant derrière le cache misère de la laïcité, ce qui aggrave la situation car la laïcité, au nom des droits de l'homme, ignore la relation collective de la société envers Dieu.

    Comment  sortir de ce processus décadent ? En cessant de se voiler la face au nom de la laïcité,  et en mobilisant tous les monothéistes contre un Etat à la fois décadent et autoritaire. Mais cela implique non seulement l'affirmation de la dimension  religieuse de la politique, mais aussi la réévaluation de la place du catholicisme en France.

    Ce dernier est désormais défaillant. Voilà pourquoi, s'il souhaite mettre la religion au service  de l'Etat et de la France, Eric Zemmour devrait songer à lui adjoindre les  concours de la  synagogue bien sûr, mais aussi et surtout  celui des mosquées.

    Dur dilemme pour le candidat président !