http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Initiation et spiritualité - Page 2

  • Comment sortir la foi et la France du trou noir.

    téléchargement (5)_jfif.jpg

    Sortir d'un trou noir est une gageure bien sûr, prétendre en  sortir  ne peut être qu'une forme d'humour ...noir. C'est donc sans me prendre au sérieux et en  toute humilité chrétienne que je vous  propose maintenant quelques idées, pas très catholiques, sur le sujet de la foi et de la France. 

    Je le fais en toute humilité et en demandant pardon à l'avance à ceux que je pourrais  heurter dans leurs convictions car mes idées sont choquantes et le sont d'autant plus qu'elles sont celles de quelqu'un  qui ne fréquente plus sa paroisse depuis longtemps,  mais qui ne désespère ni de Dieu ni des hommes.

    De quoi se mêle-t-il celui-là ?  diront les bien pensants. Du point de vue clérical ils auront raison mais les mécréants qui ont eu le cœur serré  en voyant brûler Notre Dame, ceux-là comprendront . Et tous hélas partageront le constat  que   France catholique est aujourd'hui laissée pour morte après avoir été  happée dans la machinerie de la modernité. 

    Laissée pour morte  mais pas morte, et il est encore possible d'être catholique et français.

    Mais pour cela il faut d'abord être convaincu que  le catholicisme à la française est  ce  qu'il y a de meilleur  pour nous, pour notre vieux pays et pour toute l'humanité. C'est  cela croire en Dieu et croire en la France. Il faut donc entrer en résistance et se préparer au combat.

    Osons le dire, ce combat est politique et relève d'une reconquête politique de la France par les Français, mais il est aussi et surtout une reconquête culturelle et spirituelle de la France et de l'Europe; ce qui exige un plan stratégique de reconquête chrétienne. Celui que je propose ici se décline en trois axes. Celui du patrimoine religieux, celui de la théologie et enfin celui de l'organisation.

    Il faut se battre d'abord pour préserver notre  patrimoine religieux  et par là il faut entendre non seulement le patrimoine matériel de nos églises mais aussi la bureaucratie ecclésiale, son dogmatisme, son Vatican et son pape. J'ai nommé ce cher vieux bric à brac de sacristie, ces  bondieuseries qu'il nous faut préserver avec amour, en les dépoussiérant quand c'est possible, mais en sachant qu'elles ne valent plus  grand chose sur le marché du religieux,  moderne et mondial.

    La question théologique est affaire de renouvellement post dogmatique. Les dogmes catholiques sont en fait des éléments du patrimoine, nous devons les comprendre comme  les Anglais considèrent leur Magna Charta, ce vieux grimoire que plus personne ne sait lire mais qui n'en est pas moins le fondement de la démocratie britannique.  Ainsi en est-il des dogmes, ces  archives intellectuelles, fondatrices de la pensée chrétienne mais qu'il est urgent de dépasser dans la théologie évolutionniste du Père Teilhard de Chardin, et en prenant en compte les recherches les plus avancées dans le domaine du fonctionnement de la conscience.

    Quant à l'organisation il s'agit de ne pas craindre d'être gallican et dissident sans trop prendre au sérieux le pape  gauchiste et en aidant  le catholicisme institutionnel français à  maintenir ce qui peut l'être. L'important pour l'avenir c'est d'accueillir et d'organiser  ce qui innove et grandit dans l'espace catholique français. Déjà se constitue peu à peu,  parallèlement  à la vieille bureaucratie romaine, un réseau  d'associations spirituelles locales qui répondent  à des demandes précises et qui se réclament du catholicisme.

    Rien n'interdirait à un tel réseau de se relier   par un lien souple et personnel à l'évêque de Rome, symbole de l'unité catholique. Là encore l'exemple anglais est inspirant avec sa vieille  reine qui n'a aucun pouvoir mais qui est le garant de la démocratie britannique et de  l'unité de la nation.

    Shocking  ? Je vous avais prévenus, mais on peut avoir le sens de l'humour et être  sérieux, voilà pourquoi je crois qu'il est bon que  j'envoie cette note...TO WHOM IT MAY CONCERN ! ..

     

     

  • Carmel et sexualité sacrée

    icone[1].gifLa sexualité chrétienne est très mal comprise. Le bon chrétien est celui qui,  comme St Joseph,  protège la femme tout en s'abstenant de la toucher, de quoi réjouir les ligues féministes.

    Et de fait l'opinion assimile l'abstinence et la chasteté  à de l'impuissance, voire au mépris des réalités physiques. Pourtant ces vertus chrétiennes sont  une manière de canaliser l'énergie sexuelle tout à fait comparable aux pratiques tantriques du bouddhisme

    Et là si je parle de Bouddha et de tantrisme ça devient intéressant, je veux dire payant. Il suffit d'aller à la Fnac et de voir le succès des livres sur le sujet,  et l'absence de tout ouvrage traitant des pratiques chrétiennes d'abstinence et de chasteté. Il est donc urgent de réhabiliter notre patrimoine religieux en ce domaine.

    Sur le sujet il faut remercier Stéphane Bern de sa présentation de la vie de Sainte Thérèse de Lisieux dans le cadre de son émission patrimoniale consacrée à la basilique de Lisieux. Il a su faire comprendre ce qui est au cœur de  la vie des Carmélites , à savoir l'amour de Jésus. un amour symbolisé par l'admission des novices en robe de mariée blanche. N'épousent-elles pas  le Christ avec qui elles vivront  désormais  maritalement le reste de leur vie ?

    N'est-ce pas là du tantrisme pur ?

     Ce n'est pas l'avis des psychiatres freudiens qui assimilent à de l'hystérie les extases d'une autre carmélite, Sainte Thérèse d'Avila, au cours desquelles elle se dit transpercée d'amour par un dard. On peut il est vrai lire ainsi la sexualité des Carmélites,  mais alors il faut condamner la vie elle-même qui s'exprime en énergie sexuelle à  usages multiples, le premier étant la procréation,  sacralisée par la Vierge mère et son enfant. Cette Vierge mère représentée dans une mandorle semblable à un sexe de femme. 

    Le Carmel est donc un formidable accumulateur d'énergie sexuelle qui s'épuise dans la prière et l'adoration. Bravo les Carmélites et merci de prier même pour les mécréants dans mon genre !

    A noter aussi l'évocation par Stéphane  Bern de la dévotion d'Edith Piaf, la fille des rues et l' amoureuse passionnée, pour Sainte Thérèse de Lisieux. Normal,  l'amour est la force même de la Vie dont vécurent la Sainte comme la fille des rues. Merci à Stéphane Bern de l'avoir discrètement fait comprendre.

  • Le royaume du silence.

    11233976lpw-11237253-jpg_4753601.jpg" Le royaume du silence" ou redonner vie à nos églises abandonnées est le titre d'un livre de Philippe Abjean publié récemment par les éditions Salvator.

    En ce 9 novembre jour anniversaire de la mort d'un grand chrétien, j'ai nommé De Gaulle, je fais de la publicité pour  l'ouvrage de  Philippe Abjean car il constitue un appel à la résistance au coeur d'un grand effondrement pire que celui de juin 1940, car cette fois il ne s'agit pas seulement de la France, mais bien de l'effondrement de la  civilisation chrétienne occidentale elle-même.

    Philippe Abjean ne se contente pas d'exposer des idées, il propose de  leur donner un suite concrète à ce que l'on peut justement appeler la dissidence chrétienne. Une résistance cela commence toujours dans l'ombre et dans le silence, aussi Philippe Abjean  ne propose rien moins que de créer  un ordre du Silence voué au maintien de nos églises abandonnées.

    Tout ça pour ça direz-vous ! Eh oui résister c'est d'abord occuper le terrain,  surtout dans  la nouvelle ère des réseaux sociaux. Il importe en effet de garder les pieds sur terre pour ne pas se perdre dans le virtuel. Commençons donc par garder nos églises ouvertes coûte que coûte !

    Mais direz-vous n'est-il pas paradoxal de vouloir agir dans le silence en ce temps de bruit médiatique permanent ?

    Au contraire le silence est la première dissidence à opposer à la cacophonie ambiante. C'est une forme d'action qui a un précédent historique, à savoir le monachisme des premiers temps du christianisme et son épanouissement à l'époque des  moines bâtisseurs médiévaux.

     Cela ne surprendra que ceux qui n'ont pas encore compris que nous entrons dans un nouveau Moyen-âge comparable à celui qui  suivit l'effondrement de l'Empire romain.

    Sous nos yeux  un ordre politique ancien s'effondre et une vieille culture disparaît tandis que nul ne peut prédire où va le monde. La sagesse est donc de se préserver, de s'éloigner, et d'attendre les temps nouveaux en silence en donnant l'exemple de comportements adaptés aux circonstances.

    Lorsque l'Empire romain s'écroulait, les Pères du Désert s'éloignèrent dans la solitude et le silence pour ne pas être pris sous les décombres. Ils furent ainsi à l'origine de ce monachisme créateur qui plus tard reconstruisit  l'Occident sur les ruines de l'Empire romain.

    L'idée à priori bizarre exprimée par Philip Abjean se comprend dans le contexte de la crise du monde moderne. Celle-ci fut annoncée déjà au vingtième siècle par ce que l'on appelerait aujourd'hui des "lanceurs d'alerte". 

    Parmi eux citons René Guénon qui en tira de fausses conclusions occultistes et trahit l'Occident en se convertissant à l'islam, mais il avait vu juste en annonçant la crise du monde moderne. Mentionnons aussi Gandhi et son disciple européen  Lanza del Vasto  qui dès les années 50 du siècle précédent virent venir l'impasse écologique de notre mode de développement. Citons également les rédacteurs du rapport Meadows et les conclusions du Club de Rome des années 70 du siècle précédent.

    Bien peu se soucièrent des avertissements donnés. Mais aujourd'hui où la crise est évidente elle provoque la panique chez les esprits faibles à la Greta Thunberg. 

    Ce n'est heureusement pas le cas de Philip Abjean mais il fait partie de ces catholiques qui commencent enfin à réaliser la situation et il appelle à l'action.

    Pour en savoir plus je renvoie à son livre qui nous invite à préserver nos églises comme  patrimoine culturel en déshérence. Leur disparition  du paysage  marquerait  la fin de l'Occident   Même les mécréants et les incroyants peuvent  le comprendre au point de vouloir préserver ces églises abandonnées où peut-être l'Esprit les attend.