http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le pape n'est pas prophète en son pays.

    Quema-2.jpgLe pape divise et pas seulement au sein du Vatican mais également dans son propre pays.

    L'institution catholique est en perte de vitesse en Amérique du sud comme dans tous les pays de vieille tradition catholique et il n'est pas certain que les positions de gauche, voire gauchistes, du pape François puissent changer la situation. C'est l'institution catholique qui  est inadaptée au monde actuel. Certains osent le dire à Rome et ailleurs, mais ils ne sont guère entendus, et d'ailleurs que peuvent-ils changer ? L'Eglise n'est-elle pas en crise et en précarité depuis qu'elle existe ? Elle a connu parfois deux papes en conflit et moult divisions, et ce n'est pas la réforme protestante qui a ensuite évité la multiplication des schismes et des églises nouvelles.

    Si le christianisme a encore un sens, ce que je crois , c'est dans la vitalité du message évangélique, message vivant qui ne se met pas en comprimés délivrés sur prescription par des  apothicaires religieux patentés, comme le pape par exemple. Ceci dit à sa décharge, si François se contente d'être la reine d'Angleterre,  sa fonction et l'institution romaine  peuvent encore très bien se vendre au public. Celui-ci a besoin de  belles paroles et de folklore. J'en veux pour preuve que lorsque les gens ne croient plus ni aux papes, ni aux rois et autres figures sacrées, ils adorent  les Johny Halliday et les saltimbanques  de la télé.

    Merci François d'être encore là et bon courage avec tes compatriotes !

     

  • Après les religions sans Dieu, Dieu sans les religions ?

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLes grandes religions sans Dieu  du XX è siècle ( communisme ou fascisme) ont disparu, elles ont fondu dans l'hédonisme matérialiste du  XXI è siècle mais le phénomène religieux n'a pas disparu car il est consubstantiel à l'humain; c'est ce qui explique la montée de l'islamisme et des divers intégrismes sectaires.

    Inutile donc de prétendre éradiquer les religions car elles s'accommodent fort bien du matérialisme ambiant et des pouvoirs . Poutine va à la messe et le pape fait de la politique.

    S' accommoder  des religions ne  signifie pas cependant désespérer d'elles. Le pape se fait l'apôtre des droits de l'homme et ne semble pas accorder de l'importance  à la doctrine catholique. Peut il inventer un catholicisme sécularisé post doctrinal ?

    Plus généralement la question se pose de savoir si l'on peut concevoir un discours spirituel  en dehors, ou au delà, des doctrines religieuses ?

    Je le pense et je crois que nos scientifiques nous font plus progresser vers " Dieu" ( puisque le  mot est inévitable) que nos religieux,  mais avec une réserve cependant : comment éduquer un enfant sans "religion", sans un discours qui le prépare à confronter tôt ou tard la question de la mort et du sens de la vie ? La science pourra un jour lui donner la foi et l'espérance en la Vie ( je peux en témoigner) mais la science ne donne pas la charité et l'amour du prochain, elle ne socialise pas, elle ne dit rien du sens collectif et individuel, et cela même si elle peut un jour transférer ma conscience dans un support non biologique. Le jour où je serai devenu post biologique je continuerai de poser les questions ultimes auxquelles la science ne peut répondre, je suis et resterai relié pour l'éternité dans la quête infinie de la conscience.

     

  • Catholicisme magique ou catholicisme de l'Esprit Sain(t) ?

    christ01.jpgQu'avons nous fait de cet homme qui porte ce qu'il y a de divin en nous ?

    Allez plutôt poser la question au pape et à son église dite catholique, c'est à dire universelle ? Je ne suis pas sûr que François puisse vous répondre car il y a autant de catholicismes que de catholiques. Mais fondamentalement   deux conceptions du catholicisme s'opposent au cœur même de l'institution romaine, à savoir une conception magique, ancrée dans le dogmatisme, et  un universalisme spirituel et humain qui  cherche à  s'y manifester, que le pape François représente assez bien, mais qui provoque de douloureuses crispations au sein de l'institution.

    La science moderne nous apprend que le regard de l'observateur modifie l'objet observé. Cela est vrai aussi  des cultures humaines qui évoluent avec le regard que nous portons sur elles. Continuons donc d'observer le catholicisme avec un  regard neuf, cela ne peut manquer de le changer peu à peu et de le faire grandir.