http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Judaïsme - Page 4

  • Ecole laïque ? Non école des religions.

     

    images (4).jpg

     

     

    Le retour du religieux dans la société athée ou agnostique d'Occident est vécu comme un scandale. Il est combattu par les blasphèmes et les provocations de quelques-uns, tandis que  nos dirigeants  athées cherchent soit à  " inclure "  le phénomène en douceur, (modèle Anglo saxon), soit à le combattre au nom de la laïcité comme en France.

    Mais dans les deux cas le succès n'est pas au rendez-vous car on ne combat pas la nature humaine qui est définie par sa dimension religieuse.

    Les progrès de l'islam en Occident et ceux des religions de type sectaire,( y compris dans les grandes églises, comme le montre le succès des mouvements charismatiques) n'ont rien que de très naturel car l'être humain  est  un animal religieux. C'est ce que nous apprend la paléoarchéologie. Plus encore que la maîtrise de l'outil ou du feu,  le bipède devient humain lorsqu'il commence à enterrer ses morts et à manifester un souci de l'Au-delà.

    Inutile donc de lutter contre la nature des choses, mieux vaut au contraire s'appuyer sur elle, plutôt que  la nier au nom d'une culture non religieuse mortifère. Cela vaut tout particulièrement pour l'école qui, loin d'être indifférente aux religions, devrait y éduquer en prenant en compte la part essentielle de l'homme, c'est à dire l'homo religiosus; ainsi pourrait elle mieux mieux lutter contre l'obscurantisme et la part primitive de l'être humain. 

    L'école doit concilier  Raison et Religion. Comment faire ?   En faisant d'elle le lieu d'éducation à la Religion par  comparaison  des religions .Mais ceci n'est possible que dans une école dans laquelle le principe d'autorité du maître serait restauré  dans le cadre d'une stricte discipline scolaire; ce n'est qu'à ce prix que l'éducation aux religions sera à l'abri des provocations sectaires.

    J'en ai parlé à de pieux musulmans saoudiens de mes amis ( oui il y en a  Nice et ils boivent même un peu de mon vin bourguignon), ils en sont d'accord,  sauf que pour eux l'islam est la Religion même s'ils comprennent que pour moi elle  est le christianisme symbolique et évolutif selon Teilhard de Chardin. Mais pour mon gendre, juif libéral et mathématicien, elle est indissociable du sens de l'histoire et d'Israël.

    Comment faire alors ?  En admettant ensemble que choisir une religion particulière c'est déjà sortir de la Religion qui consiste à adorer Dieu en conscience et en vérité, chacun selon sa culture. Cette référence à la conscience individuelle est la base de l'éducation religieuse que l'école doit apporter à nos enfants. C'est aussi le socle de l'intercompréhension entre les trois monothéismes et le fondement de la tolérance envers toute créature et tout être humain, fût il dans l'erreur de son athéisme ou de son refus de Dieu.

     

     

  • Tu ne tueras point l'enfant à naître !

     

    MOISE_Dore_small.jpg

    La vieille loi  mosaïque reste totalement d'actualité tout autant pour condamner les massacres sur le champ de bataille que le  meurtre aseptisé de la vie prénatale perpétré au nom d'un humanisme dévoyé.

    Refuser l'avortement n'interdit pas cependant de saluer  les progrès de la médecine dès lors qu'ils restent de nature éthique.

    L'interdiction de l'avortement est moralement juste car l'acte médical est en soi une atteinte  à la vie, sauf s'il permet de sauver la vie de la mère et permet d'anticiper et de soulager les effets douloureux de la sélection naturelle.

    Il est scandaleux par contre d'avoir transformé l'interruption de grossesse en moyen de contraception et de contrôle des naissances. Il y a là une instrumentalisation satanique de la médecine qui débouche sur les dérives de la PMA imposées par le lobby LGBT.

    Les lois sur l'avortement seront donc nécessairement restrictives mais elle doivent tenir compte de la dimension humaine de la question. L'interruption volontaire de grossesse ne peut être un moyen de contraception et de contrôle des naissances au prix du massacre légal des enfants à naître. En revanche les femmes fragiles, droguées et incapables d'éduquer un enfant doivent pouvoir être stérilisées légalement, sans leur consentement le cas échéant. Quant à la stérilité naturelle, homosexuelle ou transgenre,  elle peut être compensée par la facilitation à l'adoption d'enfants orphelins, sans recourir aux manipulations contre nature, génétiques et autres, que tentent d'imposer le lobby LGBT, et au-delà, les partisans d'un transhumanisme  qui tue l'humain.

    "Tu ne tueras point! " au nom du Dieu de Vie et d'Amour et de l'humanisme authentique.

     

  • Tu ne tueras point en Ukraine !

     

     

     

    MOISE_Dore_small.jpg

    "Tu ne tueras point", l'injonction mosaïque au respect fondamental de la vie a été réduite par nos "progressistes" à l'abolition de la peine de mort et au refus de la chasse et de la consommation de viande, c'est à dire au refus de la vie par peur de la mort et désir puéril d'abolir cette dernière !

    C'est Greta Thunberg plutôt que Moïse avec les résultats que l'on connait car notre  société prétendument " progressiste" n'a aboli ni la guerre ni la violence, bien au contraire. Pire cette même société "progressiste" programme la disparition de la vie et de l'humain lui-même par ses lois infanticides et celles visant à manipuler le sexe et la génétique.

    Face à cette dérive on aurait pu attendre que les grandes religions "mainstream" rappellent les lois naturelles et divines, mais leurs autorités se taisent ou font de la politique spectacle, tout en laissant à leurs courants résiduels les plus archaïques le soin de rappeler la morale élémentaire.

    Pourtant jamais ce rappel n'a été autant nécessaire, à commencer par  l'interdiction de tuer. 

    "Tu ne tueras point !"

    Ce commandement devrait guider les choix politiques de nos dirigeants sur ces deux sujets fondamentaux que sont le rapport à la guerre et à la violence, et celui à la procréation. Sur ces questions l'interdiction mosaïque est totalement d'actualité même si son application doit être interprétée en la situant  au niveau des connaissances scientifiques et de développement humain atteint par les sociétés modernes.

    S'agissant du rapport à la guerre et à la violence tout esprit développé répugnera à faire usage des armes et de la violence et il agira ainsi de manière naturelle, selon la loi morale qui est un fait de nature. On notera que les animaux ne tuent que par nécessité, contrairement à l'homme à  qui Dieu doit rappeler parfois qu'il ne se situe pas au-dessus des lois naturelles par ses lois humaines toutes relatives.

    Ces lois humaines toutes relatives sont cependant nécessaires car une société ne peut survivre sans elles et ne peut  défendre ses frontières que par la force. Le cas de l'Ukraine est particulièrement éclairant sur le sujet. La force devait être opposée à l'agression russe pour l'arrêter; ce qui n'annule pas l'application de la loi divine dès lors que l'agression est stoppée comme c'est le cas maintenant. Le " tu ne tueras point" est opposable à Zelensky comme à Poutine qui doivent se rappeler la leçon de Jésus sur son application.

    Pour Jésus en effet tendre la joue gauche après le coup reçu sur la joue droite ne signifiait pas encourager l'agression mais démontrer son inanité, tout en arrêtant  le bras de l'agresseur. Les Russes sont dans l'impasse de la violence tout comme Zélensky désormais. Cela signifie que lui et Poutine doivent maintenant arrêter la violence s'ils veulent respecter la Loi divine dont tous les deux se réclament, l'un  comme juif et l'autre comme chrétien. Les arguties juridiques sur les frontières de l'Ukraine ne tiennent pas face à l'impératif de la Loi mosaïque et divine et du respect des vies de millions de Russes et d'Ukrainiens.