http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Judaïsme - Page 4

  • Droit et justice : oui mais ....

    balance-justice.jpgDroit et justice : oui mais pas celle de Dupont-Moretti récemment mis en examen, mais bien la justice fondée dans le Droit naturel et divin, celle que tentent de rétablir la Pologne et la Hongrie contre l'UE.

    Celle-ci envisage des poursuites judiciaires contre la Pologne et la Hongrie au prétexte que les législations de ces pays ne respecteraient pas les droits des personnes LGTB.

    Ainsi présentée  l'accusation est légitime sauf que dans cette affaire les bureaucrates bruxellois sont manipulés par un puissant lobby, à savoir celui qui instrumentalise les minorités  LGTB au service d'un projet transhumaniste subversif et monstrueux..

    Les personnes LGBT, ultra minoritaires, ne demandent qu'à vivre en paix et nullement à devenir les pions d' une entreprise subversive et terroriste. Ce qui est en question en effet dans cette affaire c' est à la fois le fondement de la démocratie et  celui de la définition même de l'être humain.

    La démocratie fonctionne en distinguant majorité et minorité. Sans respect de la décision majoritaire par la minorité la démocratie ne fonctionne pas et l'on notera que les dictatures naissent souvent de  la confiscation du pouvoir par une minorité terroriste. C'est très exactement le cas de  la minorité de la minorité LGTB au sein de l'UE. Faute de pouvoir   imposer ses normes à la majorité hétérosexuelle, cette minorité des minorités  pratique le terrorisme intellectuel et judiciaire, aidée en cela par les médias et la CEDJ

    En interdisant la propagande homosexuelle le gouvernement hongrois  ne fait donc que défendre démocratiquement la norme hétérosexuelle majoritaire du peuple hongrois.

    Enfin et surtout il protège la communauté LGTB elle-même en Hongrie. Celle-ci dans son immense majorité n'aspire qu'à se faire oublier pour vivre comme tout le monde. Cette communauté est instrumentalisée contre le pouvoir hongrois par une minorité active au service d'un idée folle et subversive, à savoir que l'être humain naturel n'est qu'une vue de l'esprit, que la différence sexuelle n'existe pas et que l'on devient homme ou femme à volonté. Une telle folie débouche sur les pires  rêves de manipulations génétiques ressuscitant les êtres hybrides imaginaires de la mythologie antique,  comme les centaures ou les sirènes !

    Comment a-t-on pu en arriver ainsi à subvertir le Droit et la justice ? En oubliant qu'ils sont fondés en Dieu et dans le respect de ses lois naturelles. Une humanité athée  ne pouvait qu'en arriver aux dépravations actuelles. Les  dirigeants polonais et hongrois ne font donc rien d'autres que  rétablir le Droit et la justice dans l'ordre du sacré. Contre la Cour européenne de justice  en pleine dérive éthique, polonais et hongrois opposent le Droit divin et la justice de Dieu.

     

  • Contre Big Brother l'islam mieux que le judéo-christianisme ?

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLa société occidentale se fragmente et sombre dans la décadence en conséquence de la disparition de ses  valeurs religieuses. l'Occident  croit à tort que Big Brother, l'intelligence artificielle peut régler tous les problèmes.  Sauf que l'IA peut tout, sauf donner du sens à l'action collective et  à l'histoire humaine, et encore moins fournir un code de conduite aux individus. L'IA n'est qu'un outil qui devient fou si celui qui l'utilise ne sait pas qu'en faire.

    La Chine contrairement à l'Occident n'est pas décadente car elle met l'IA au service d'une conception confucéenne, religieuse, de la société.

    Il est  donc urgent de réintroduire les valeurs religieuses dans l'Empire d'Occident   ( la culture hégémonique américaine ) pour lui éviter un effondrement semblable à celui de la Rome antique.

    De ce point de vue l'islam, mieux que le judéo- christianisme, apparait comme un solide rempart contre les dérives décadentes de notre société. Le christianisme en particulier  semble se dissoudre dans le tout à l'égo de nos sociétés d'individus,  et cela au nom d'un Dieu à visage humain, tellement humain que l'on oublie Dieu.

    Rappelons cependant que les cinq piliers de l'islam résument très exactement les valeurs fondamentales du monothéisme.

    Il n'y a de Dieu que Dieu. Les chrétiens en sont d'accord même si le symbolisme chrétien trinitaire affaiblit la réaffirmation du Dieu unique.

    La prière. Elle  rappelle le sens de l'activité quotidienne  en imposant des pauses régulières de rappel à Dieu. Comme nos moines chrétiens le musulman vit dans le rythme de la prière.

    Le pèlerinage. Il rappelle la précarité de l'existence humaine qui n'est qu'un simple voyage vers Dieu. Il enseigne à voyager léger dans la vie sans s'encombrer de l'inutile. Les musulmans vont à la Mecque, les chrétiens à St Jacques de Compostelle et tous se retrouvent à Jérusalem.

    Le jeûne est l'enseignement de la modération alimentaire et du contrôle du corps. Dans notre Occident obèse, gaspilleur et  obsédé sexuellement il est une leçon incontournable. Le Ramadan musulman n'est qu'un rappel festif de notre Carême.

    Enfin l'obligation de l'aumône ( la Zakat) nous rappelle notre devoir de solidarité envers le prochain.

    Telles sont les valeurs fondamentales du monothéisme  trop souvent oubliées, rappelées par Mahomet, et qui doivent l'être de nouveau par tous les croyants et serviteurs de l'Eternel.

     

  • De la religion à l'initiation.

    imagesCGQBBYWG.jpgRegardez-le bien c'est Jean-Paul II, l'une des ultimes incarnations du prêtre-roi ou du gourou religieux, l'illustration parfaite de ce qu'est la religion comme pouvoir politique sacré.

    Au contraire nous avons vu que l'initiation est la démarche individuelle de l'âme dans sa quête du sens, c'est à dire de Dieu. Il faut donc bien séparer les deux domaines. L'église catholique le fait d'ailleurs en distinguant  le for externe du for interne, c'est à dire la loi morale collective et l'évaluation morale de la conscience individuelle( le for interne). Malheureusement cette distinction condamne cette église à  l'hypocrisie, à la contradiction, voire au ridicule, faute  d'avoir remis en cause un dogmatisme qui exclut la liberté de conscience. Cette remise en cause serait salvatrice pour cette église mais ceci est hors sujet ici.

    Tout autant, sinon plus que le catholicisme, les autres  monothéismes sont en crise parce qu'ils se figent dans la tradition plutôt que d'admettre  la dimension initiatique   qui les renouvèlerait et leur donnerait du sens.

    J'ai nommé la gnose, grecque, le messianisme sémite et  la tradition magique des vieux cultes de Sumer. Cela à des degrés divers.

    Avec ce recul historique on peut dire qu'en 2021   l'islam est le  monothéisme achevé, la définition parfaite de la religion qui englobe toute la relation collective et tribale au Divin.  En ce sens Mahomet peut être présenté comme  le dernier des prophètes du cycle ancien,  et le Coran comme le troisième et dernier  testament. Au contraire   le Christianisme  est la voie initiatique individuelle et libératrice directement issue de la pensée grecque et greffée sur le messianisme sémite. Quant au  judaïsme, religion de la Loi comme l'islam, il porte le sens eschatologique de l'Histoire . Celle-ci existe depuis que l'Esprit inscrit son action dans la durée  à partir de la révélation abrahamique.

    L'islam renvoie à la nécessité d'un ordre social collectif, l'initiation chrétienne libère  l'individu, tandis que le judaïsme est le garant du  progrès collectif de l'Histoire humaine à l'horizon de Jérusalem  et du mystère du Temple.

    Les cinq piliers de l'islam garantissent l'ordre social, en  plaçant Dieu au cœur du projet sociétal, l'eucharistie chrétienne résume   la relation personnelle de l'individu à ce Dieu, le judaïsme donne son sens à l'Histoire humaine qui conduit vers le Dieu commun d'Abraham.

    Sur ces bases initiatiques les religieux pourraient redonner du sens aux sociétés athées et matérialistes en perdition, sous réserve bien sûr qu'ils soient capables d'une démarche politico religieuse commune, mais ceci est une autre histoire.