http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Dardanus et la Cité de Dieu.

    cité de Dieuf.jpg

    Non loin de Sisteron, dans un lieu sauvage, une vieille inscription latine rappelle qu'en cet endroit Dardanus et des chrétiens avaient voulu construire la cité de Dieu. Dardanus était un grand dignitaire romain,  mais l'Empire  s'effondrait, et comme beaucoup il avait voulu fuir  au désert pour vivre autrement, selon la loi de Dieu. 

    2000 ans de christianisme après, un monde s'écroule de nouveau et les plus lucides, comme Dardanus autrefois, aimeraient bien fuir au désert  pour y vivre autrement eux aussi,  selon la loi de Dieu.

    Mais comment faire ? Comment aujourd'hui prendre ses distances envers le superficiel, l'inutile  et le contre nature ? Comment faire pour vivre libre de l'influence d'internet ? En la limitant à la stricte utilité ? Comment créer  la clôture  qui protège ma liberté et me permet de vivre  pour Dieu et sous son regard ?

    En choisissant un mode de vie monacal proposé par une religion. 

     Le bouddhisme propose le monachisme à la carte et à temps modulable, et les portes des grands ordres monastiques catholiques sont toujours ouvertes pour des essais de noviciat.

     Le musulman  trouvera dans une confrérie soufie ou le salafisme non violent, un idéal de vie authentiquement spirituel. Il en va de même pour les juifs orthodoxes affiliés à des écoles rabbiniques inspirées. Une solution possible et œcuménique est de rejoindre une communauté écologique et spirituelle, comme par exemple celle de l'Arche, fondée par Lanza del Vasto sur un modèle gandhien.

    Les  religions proposent des modes de vie  alternatifs qui permettent de vivre selon la loi de Dieu, mais peu  nombreux sont celles et ceux  qui ont vocation à les choisir.

    Les autres, c'est à dire vous et moi, c'est à dire l'immense majorité, nous sommes condamnés à vivre sur la nef des fous, c'est  à dire dans un environnement  où règnent le  tumulte et l'absurde. Nous sommes donc obligés de pratiquer ce que le Bouddha appelle  la voie du Milieu, ou savoir distinguer ce qui dans la conscience relève du  for externe et du for interne selon un certain jésuitisme catholique.

    Pas facile à pratiquer et parfois, au cœur des vagues et du vent déchaînés, pour échapper aux fous de la nef,  pour rester serein au cœur de la tempête  il n'y a pas d'autre alternative que de plonger  dans la profondeur. Car c'est dans la profondeur,   loin des  vagues en furie et du vent déchaîné de la surface des choses, que se trouvent le calme et la beauté. Il faut  plonger  pour retrouver  la cité engloutie ! La cité de Dieu engloutie au fond de vous même, là  où elle vous attend.

     

     

     

  • Algérie 1963 : mémoire d'indifférence.

    images (10).jpg

    A l'occasion de la récente visite du président Macron en Algérie, le Vieux Templier vous propose deux notes intitulées respectivement " Algérie 1962 : mémoire d'indifférence" et " France 2022 : le réalisme enfin ? "

    La première note ci-dessous rapporte mon expérience de coopération technique dans l'Algérie des années 60 et la seconde à paraître est une réaction au récent voyage présidentiel en Algérie.

    ALGERIE 1963.

    J'étais un jeune diplômé récemment libéré de ses obligations militaires lorsque je débarquai en Algérie en 1963. Après avoir servi dans les services de  l'Etat-major de l'Otan à Heidelberg  je  passai directement de la crise de Cuba aux convulsions post coloniales.

    Mon intérêt pour l'Algérie était alimentaire et touristique. J'avais demandé à travailler pour le Ministère de la Coopération afin de  toucher une prime au titre de la coopération  et voir du pays, en l'occurrence  connaitre la Kabylie et le grand sud algérien.

     A Alger les  pieds-noirs  avaient été remplacés par des  "pieds-rouges", fraichement diplômés eux aussi, et qui remplaçaient leur service militaire par un service de coopération. Ils croyaient faire la révolution socialiste et "grenouillaient" à Alger dans les administrations auprès de " chouaadas" ( martyres ou prétendus tels ) issus des maquis et qui ne savaient pas faire grand chose.

    Mais à Constantine où je fus affecté il n'était   pas question de révolution, les problèmes étaient très concrets comme celui de la protection du célèbre pont suspendu au-dessus des gorges du  Rummel,  et dont les câbles étaient régulièrement attaqués par des voleurs de métaux !

    Mon séjour me permit  de connaitre une région splendide mais encore dangereuse,  en particulier lorsque Boumedienne liquida le maquis socialiste de Ben Bella dans les Aurès.

    L'islamisme pointait déjà sous le socialisme de surface, je le fis remarquer à mes camarades qui ne me crurent pas. Contrairement à eux je n'avais pas d'illusions politiques, je n'étais pas venu faire la révolution mais toucher ma prime. En fait ces "pieds rouges" furent très déçus de leur expérience algérienne et certains d'entre eux allaient compenser leur désillusion en rejouant  les damnés de la terre au théâtre de l'Odéon en 1968.

    J'étais politiquement  et humainement indifférent me considérant comme un touriste utile. J'étais prudent envers les Algériens, trop souvent  imprévisibles, voire schizophrènes dans leur rapport à la France,  et je ne partageais ni le racisme des  pieds-noirs, ni l' aveuglement idéologique des " pieds-rouges". J'étais venu pour  la prime qui me permit  d'acheter  ma première voiture détaxée, une 4 L avec laquelle je parcourus la Kabylie et poussai jusque dans le grand sud.

    Je me souviens encore avec émerveillement du passage  de l'opéra de Pékin à Constantine. Malgré la propagande politique du spectacle,  je n'ai jamais revu pareille perfection chorégraphique. Autre souvenir,  la peur des Constantinois de se faire   "bulgariser" à l'hôpital de Constantine. Les excellents médecins français avaient été remplacés pour la plupart par des  "médecins" bulgares formés en trois ans; cela avait des conséquences sur la qualité des soins et des diagnostics.

    Ayant touché ma prime et acheté ma 4L, je rentrai en France sans regrets mais content d'avoir vécu un basculement historique passionnant et fait de belles photos Je ne suis jamais retourné  en Algérie et je ne suis pas sûr d'en avoir envie.

    Ma jeunesse aussi m'est indifférente. 

  • Ukraine 2022.. Syrie 2011.

    51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpgLa situation s'enlise de plus en plus en Ukraine et cela rappelle quelques souvenirs pour qui a un peu de mémoire.. Ukraine 2022.... Syrie 2011 ! 

    Cela  avait commencé dans le déni de réalité et cela s'appelait le printemps arabe, le vilain Bachar el Assad devait tomber en trois semaines et la démocratie remplacer  son régime, selon messieurs Fabius et Juppé. On connait la suite.

    De même en Ukraine cela a commencé dans l'illusion. Poutine  croyait lui aussi régler son compte à l'Ukraine en quelques semaines. La suite est la même qu'en Syrie, suite aux interventions  extérieures.

    En Syrie sans l'intervention russe  les islamistes seraient au pouvoir à Damas. Mais Assad est toujours là face à eux    et il n'y a ni guerre ni paix sur le terrain. C'est une situation palestinienne qui va se répéter en  Ukraine suite à l'intervention masquée occidentale. Celle-ci interdit toute victoire russe mais se garde d'aller plus loin. L'Ukraine ne peut donc récupérer le Donbass et la Crimée.

    Ainsi s'installe à la porte de l'Europe une situation moyen orientale avec des conséquences économiques mondiales  en matière d'énergie et de production céréalière.

    Résumons : l'irrédentisme palestinien et islamique a provoqué la création du mur séparant israéliens et palestiniens. En Syrie  l'irrédentisme islamique fait face au  mur du régime laïc syrien pro russe.

    En  Ukraine les irrédentismes identitaires de Moscou  et de Kiev se heurtent au mur de l'Otan et  la situation sur le terrain se gèle peu à peu. A noter aussi le cas du  Kosovo, berceau de la nation serbe mais  espace musulman, confronté à l'irrédentisme serbe orthodoxe soutenu par la Russie, où là  encore l'Otan t gèle la situation sur le terrain.

    Merci à l'Otan  de contrer la Russie de Poutine, mais faut-il suivre politiquement Washington jusqu'au bout dans  sa confrontation avec lui ?   Il n'est pas dans l'intérêt de l'UE ,en tout cas de la France,  de repousser la Russie vers l'Asie. Poutine disparaîtra  mais la Russie et l'Ukraine seront toujours  en Europe. Faisons en sorte que le continent ne soit pas contaminé  par la gangrène moyen-orientale !

     

    .