http://le-vieux-templier.hautetfort.com/

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'impact du net sur les institutions et le contrôle des consciences.

51512555-tete-de-pythagore - Copie.jpg

En tant que centres de contrôle des consciences, les institutions politiques et religieuses sont impactées par le net au point de n'avoir le choix qu'entre la "démocrature", voire la dictature pour les premières, ou le repli identitaire folklorique pour les secondes.

La liberté d'expression qui fonde la démocratie trouve ses limites du fait de l'information immédiate, souvent fausse ou manipulée d'internet, qui pousse les gouvernants à contrôler ou à manipuler l'opinion publique. La Chine en est l'exemple parfait avec son contrôle absolu d'internet mais Poutine et Erdogan évoluent dans ce sens très "tendance" en politique.

Les institutions religieuses ont le même problème, à commencer par l'église catholique. Dans un premier temps celle-ci a tenté d'utiliser les médias télévisés pour influencer l'opinion  publique et donner une impression fausse d'unité à travers les grands messes des JMJ,  mais face à Internet le Vatican est tout autant désarmé que les autres centres institutionnels de pouvoir et d'influence. La corruption et les turpitudes de ses grands dignitaires sont connues et répandues sur le net tout comme les frasques d'un petit président à scooter.

Mais il y a aussi la réalité croissante des spiritualités alternatives en plein essor sur le net. Sur celui-ci chacun dans son coin peut créer son église ou sa communauté en dehors des institutions politiques ou religieuses, notre monde devient un monde alternatif propice à la création de réalités virtuelles plus satisfaisantes que celles du quotidien.

L'exemple de Daesh est l'illustration de ce phénomène. L' Etat Islamique s'est d'abord imposé dans les esprits sur Internet avant de devenir un facteur politique de terrain. Son éradication spatiale ne saurait être que temporaire parce que face à l'échec des sociétés musulmanes, il propose un islam idéal fantasmé

En occident et face à l'échec de la modernité matérialiste,  les églises chrétiennes traditionnelles ne semblent pas apporter les réponses, elles sont de moins en moins fréquentées par les fidèles mais sur le net se multiplient des expressions plurielles du christianisme illustrant la croissance de petites communautés ayant des vécus de la foi  très divers, souvent fantasmé,  et cela au sein même du catholicisme. L'unité romaine n'est en fait qu'une façade de plus en plus fissurée au Vatican même.

Laissons de côté la question du rapport du net avec le maintien ou non de la démocratie, pour nous intéresser en conclusion à la question du vécu de la foi catholique sous l'effet de la révolution informatique.

Une constatation s'impose :  sauf à pouvoir contrôler le net à la chinoise, le Vatican, tout comme les autres états, est désarmé. Son pouvoir apparaît pour ce qu'en dit le philosophe Alain " tout pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ". Si le pape veut que son église reste une réalité spirituelle vivante, il doit la rendre transparente  et jouer le net pour coordonner et  organiser le multiculturalisme religieux. Demain le catholicisme sera universel ( ce que veut dire catholicos) par le net, ou il ne sera plus qu'une curiosité religieuse, au mieux folklorique, sinon ridicule.

 

Écrire un commentaire

Optionnel